A comme Association

Je reviens cette fois-ci avec une mini série de livres fantastiques, A comme Association, tant par leur contenu, que par leur genre. En effet, nulle histoire n’a mieux méritée son titre car il s’agit non seulement de l’alliance de deux auteurs géniaux, Pierre Bottero et Erik L’Homme, mais aussi d’un savant mélange entre fantaisie et réalité, en passant par le contenu.

ASSOCIATION D’AUTEURS

Tout débute avec la rencontre de Pierre et Erik lors du Salon du Livre de Montreuil, en novembre 2003, et une dédicace : « À Erik. Nos univers sont proches, nous le sommes sans doute aussi… On teste ? Amicalement, Pierre B. ». Celle-ci figure d’ailleurs en préface du premier volume de la série.

En effet, ce n’était pas un bon mot par politesse mais bien une volonté affichée de créer quelque chose de nouveau. Si vous connaissez les univers de Pierre Bottero ou ceux d’Erik L’Homme, A comme Association, vous offrira un agréable dépaysement tout en vous laissant la jouissance du style inégalable de chacun, avec quelques clins d’œils subtils.

L’idée lancée en 2003 n’a pris forme que fin 2008, sur un projet imaginé par Erik L’Homme, lors d’un week-end où Erik et Pierre ont longuement discuté pour poser les bases de cette « Association ». D’avril à novembre 2009, les deux auteurs ont échangé régulièrement, par téléphone notamment, pour que leurs récits (et personnages) concordent, chacun corrigeant la copie de l’autre. Pourtant, tout aurait pu s’arrêter brusquement, avec la disparition de Pierre Bottero, suite à un accident.

Erik L’Homme a dû faire face à un lourd dilemme ! Soit jeter aux oubliettes tout le travail accompli durant ces quelques mois, soit finir ce projet seul, car seulement quatre tomes étaient en phase finale

de correction (deux pour Erik, deux pour Pierre). Il a choisi de continuer pour notre plus grande joie.

A COMME ASSOCIATION

L’Association est une organisation secrète qui veille au maintien du fragile équilibre entre les Normaux et les Anormaux, à travers le monde, avec l’aide de ses recrues Paranormales.

Par « Anormaux », il faut comprendre toutes les créatures mythiques et autres légendes qui peuplent nos récits : ogres, vampires, gobelins, elfes, kappas, nymphes, loup-garous, démons, etc..

Pour les « Normaux », vous l’aurez compris, il s’agit de l’ensemble des humains lambda, comme vous et moi. Comment ? Vous n’êtes pas très lambda ? Bah, entre nous, je ne pense pas qu’un félin journaliste le soit non plus…

Si vous ne vous voyez pas dans la catégorie « ordinaire », soit vous avez des ascendances « Anormales » (et cela m’intéresse), soit vous avez quelques particularités qui vous classeraient plutôt dans les « Paranormaux » et vous pourriez bien faire partie de la prochaine fournée de stagiaires de l’Association.

Quant à l’univers dans lequel évolue tout ce joli monde, il n’est ni plus ni moins que notre univers. Enfin, la Terre telle que nous croyons la connaître, de nos jours. Et pour cette histoire, plus particulièrement en France, et principalement en région parisienne.

ASSOCIATION DE PERSONNAGES

Les personnages de cette histoire sont nombreux, classés dans les « catégories » précédemment citées, même si pour certains la distinction est parfois difficile et vous devrez aller loin dans l’histoire pour connaître la vérité sur leur nature. Pour vous guider, vous aurez cependant deux associations de personnes à suivre attentivement.

D’abord, les dirigeants de l’antenne française de l’Association :

Walter, le chef, homme jovial mais constamment inquiet, aux goûts vestimentaires quelque peu déroutants et dont le maître-mot est « discrétion, discrétion »,

Mademoiselle Rose, l’énigmatique secrétaire de l’Association, qui semble tout savoir et être vissée à son bureau de jour comme de nuit

Le Sphinx, armurier de son état, grand amoureux et éleveur de papillons, ce qui lui a donné son surnom. Peu bavard, ses inventions qui servent de protections ou d’armes aux stagiaires, ont la fâcheuse tendance à cafouiller au moment le plus inapproprié (enfin ça c’est juste l’avis de Jasper)

Ce qui nous amène à notre tandem de choc, même si leur alliance est plus que compromise au début, ils n’auront guère le choix par la suite (mais je vous laisse le plaisir de la découverte) :

Jasper, 17 ans, lycéen, au look très néo-gothique, mais ce n’est qu’un genre, bavard impénitent et surtout doté d’un humour unique. Il fait partie d’un groupe de rock celtique, dont il est le joueur de cornemuse. Oups, j’allais oublier le principal, c’est un mage ! Son bagou et son talent lui ont valu d’être recruté comme « Stagiaire » de l’Association. Il a un véritable don pour la magie qu’il comprend à un degré profond, les langues anciennes comme le haut-elfique n’ont pas de secret pour lui car il connaît leur sens originel intuitivement. Quand son sens de l’humour ne le sauve pas de quelques situations périlleuses, le stratège en lui entre en action. Il ne se sépare jamais de ses livres des ombres (sorte de journaux intimes d’anciens mages ou sorciers), ni de ses babioles protectrices et autres éléments nécessaires à la vraie magie. Son seul défaut : il bégaie devant les filles ou raconte des énormités ce qui n’est pas mieux pour pouvoir les séduire.

Ombe, 18 ans, orpheline et indépendante, voire solitaire, d’une beauté de glace, elle se fiche de ce qu’elle porte. D’ailleurs, elle n’est jamais vêtue comme le commun car elle ne ressent ni la chaleur, ni le froid. Sa capacité à se sortir indemne de situations catastrophiques est la raison de son recrutement. Oui, la magnifique Ombe est incassable ou presque (et le presque a aussi toute son importance). Elle déteste la magie, et si comme tout stagiaire, elle transporte un petit nécessaire, elle est incapable de s’en servir sans provoquer la réaction exactement inverse. Elle ne jure que par la force, c’est une spécialiste des arts martiaux, et n’aime que sa moto. Elle méprise Jasper au plus haut point, même si elle est consciente qu’il est amoureux d’elle (comme beaucoup d’autres d’ailleurs) et qu’il est intelligent, malgré son incapacité à lui parler normalement quand il la croise.

Ombe et Jasper sont donc les héros de cette série de livres. Ils vous raconteront tour à tour (puis ensemble) leurs aventures, suite à certains événements inquiétants qui tendent à détruire l’équilibre de l’univers terrestre et à déchirer le voile qui le sépare de l’univers démoniaque, entre autres. Ils vont aussi finir par se poser certaines questions sur l’Association, d’autres sur leurs origines et sur eux-même.

ASSOCIATION DE SENTIMENTS

Je dois avouer que je connaissais depuis longtemps cette série, mais je ne l’ai lu que cette année. Le décès de Pierre Bottero n’est pas étranger à cette hésitation, il en est même peut-être le seul motif.

Pourtant, aujourd’hui, je regrette de ne pas m’être plongée avant dans cette histoire qui m’a fait passer par une multitude de sentiments.

J’espère que vous apprécierez l’humour de Jasper, grand fan des calembours foireux, autant que celui d’Ombe, qui donne plus dans l’ironie et l’auto-dérision, autant que moi.

Et surtout, je voudrais dire un grand merci à Erik L’Homme d’avoir mener ce projet jusqu’au bout car, malgré la douleur de la disparition, il a offert un splendide hommage à Pierre Bottero.

Le mélange entre réalité et fantaisie devrait plaire à beaucoup de monde, sans parler des personnages hauts en couleur qui peuplent la narration. N’hésitez pas à vous plonger dans l’univers de l’Association !


Cet article est une republication d’un article paru dans l’édition reliée n° 17 de Mag’zine, que vous :pouvez toujours aller le lire ici.



Avatar photo

Rédigé par

Tricoteuse de chiffres IRL. Garde du Mag'zine. Accessoirement Petite Main. Phrase fétiche : « Puissiez-vous vivre des moments intéressants »

Vous pouvez aussi aimer...

Natsuki

Écouter notre webradio ?


Visiter le site web pour connaître le planning

et les playlists disponibles.